Bienvenue sur le site de l'unité pastorale de Woluwe

Introduction au 1er dimanche de Carême

« Ne visons pas trop haut durant ce Carême, car cela entraîne des regrets. N’oublions pas que, pour déplacer des montagnes, il faut commencer par soulever de modestes cailloux. »

Nous voici arrivés au 1er dimanche de ce Carême 2024. 40 jours s’ouvrent à nous pour rectifier notre chemin de vie, nous convertir, nous retourner ver le Christ, marcher dans la direction qu’Il nous propose, en un mot pour remettre Dieu au centre de nos vies. 40 jours pour découvrir des facettes de notre Dieu et nous laisser sauver par Lui, qui ne vient rien nous prendre, mais qui veut tout nous donner.

Nous nous sommes concertés avec la Paroisse de la Ste-Famille pour choisir quelques symboles communs durant ces Dimanches de Carême. Tout d’abord, vous pouvez remarquer sur vos feuillets l’en-tête Marchons. Il s’agit du 1er mot d’une phrase qui va se compléter au fur et à mesure des dimanches. Ensuite, certains chants ont été choisis comme communs aux deux paroisses.

Enfin, vous voyez au pied de l’autel un décor sobre de désert ces branches qui représentent un arbre auquel pendent 6 (6 pour les 6 dimanches de Carême) feuilles noires que, dimanche après dimanche, nous allons remplacer par des feuilles colorées. Ces feuilles noires représentent tout ce qui nous encombre dans nos vies et nous empêche de marcher, d’aller de l’avant. Alors, à chacun de se laisser interpeller pour découvrir ce qui nous accapare trop, sans être pour autant forcément négatif : que ce soit le confort, les objets matériels, les pensées négatives, les regrets notamment, les peurs du qu’en dira-t-on.

Quant à la campagne annuelle d’Entraide et Fraternité, il vous en sera plus amplement parlé lors des dimanches de collectes spéciales. L’Eglise de Belgique a choisi cette année d’être en communion plus profonde avec les populations de l’Est du Congo, dont les exploitations familiales agricoles sont menacées par l’exploitation des ressources minières et le climat de violence extrême qui règne là-bas.

En ce 1er Dimanche, il est question dans la 1ère lecture de l’Alliance que conclut Dieu avec Noé, sa descendance et tous les êtres vivants qui sont avec lui. Le texte de l’Evangile de ce jour décrit Jésus qui, avant de commencer Sa mission, se met à l’écart de la société qu’il fréquente d’habitude. Il part au désert, milieu a priori aride, hostile, il y retrouve en fait une nature sobre avec ses plantes et animaux sauvages, qui permet de se délivrer de beaucoup de distractions. Il y subit les assauts de Satan, càd. les propositions amenées par ce « tentateur intérieur »  liées au pouvoir, à la possession de biens, au bien-être éphémère. Il en sort grandi, vivifié par l’Esprit, car c’est en esquivant les assauts de ces désirs superficiels que l’on parvient à ouvrir une fenêtre à Dieu, à L’entendre, à Lui parler en toute intimité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *